Campagne provinciale

Aliments Catelli lance une campagne pour défier les perceptions des utilisateurs de banques alimentaires ainsi que le visage de la faim

Pour le lancement de la campagne Nourrir l’espoir de cette année, Catelli a récemment commandé une nouvelle étude afin de révéler l’opinion et les perceptions des Canadiens par rapport aux utilisateurs de banques alimentaires. L’étude, qui vise à mettre en lumière le visage de la faim dans le pays et ses provinces, a révélé qu’un Québécois sur cinq a déjà eu recours à une banque alimentaire dans sa vie.

« De nombreux Canadiens pensent connaître le type de personne qui a recours aux banques alimentaires », mentionne Claire Labrom, gestionnaire de marques de Catelli®. Cependant, la triste réalité est que la faim ne fait aucune discrimination et touche des gens auxquels on ne penserait pas, comme nos voisins, collègues, camarades de classe et amis. »

Étonnamment, près de la moitié (48 %) des Québécois ne croient pas qu’il y ait de crise alimentaire au Canada. Pourtant, plus d’un sur quatre (27 %) connaît quelqu’un qui a recours à une banque alimentaire. En fait, d’un océan à l’autre, plus de 850 000 personnes se tournent chaque mois vers les banques alimentaires pour obtenir de l’aide et plus du tiers de ces personnes sont des enfants et des jeunes.[i

L’étude Nourrir l’espoir de Catelli a aussi révélé de nombreuses erreurs de perception concernant l’utilisation des banques alimentaires :

  • La crise alimentaire est réelle au Québec : Plus d’un Québécois sur trois se tournerait vers une banque alimentaire s’il éprouvait soudainement des problèmes financiers (41 %) ou s’il perdait son emploi (38 %).
  • Une génération affamée? Les personnes de la génération Y (18 à 34 ans) sont beaucoup plus susceptibles de se tourner vers une banque alimentaire si elles éprouvent soudainement des problèmes financiers ou si elles perdent leur emploi.
  • Raisons d’utiliser une banque alimentaire : Un tiers (34 %) des Québécois croient que la mauvaise gestion de l’argent est la principale raison pour laquelle les gens ont recours à une banque alimentaire.

 Examen de la perception de la faim chez les enfants

La priorité des parents est le bien-être et l’alimentation saine et équilibrée de leurs enfants, pour qu’ils grandissent heureux et en santé. Malheureusement, tous les parents ne peuvent se le permettre et ils sont parfois forcés d’envoyer leurs enfants à l’école avec un lunch incomplet, voire une boîte à lunch vide. Il arrive donc que leurs enfants aillent à l’école le ventre vide. Aucun parent ne veut envoyer son enfant à l’école sans l’avoir nourri convenablement; pourtant plus d’un quart (28 %) des Québécois croient que les enfants dont la boîte à lunch est vide ont de mauvais parents.

Engagement de Catelli 

Peu importe la situation, les enfants ne peuvent se nourrir de pardon. Ignorer la faim qui existe au Canada ne la fera pas disparaître. C’est pourquoi Catelli met au défi les Canadiens pour lutter contre l’insécurité alimentaire par l’intermédiaire du programme Nourrir l’espoir. Pour chaque boîte de pâtes Catelli achetée en avril et en mai, Catelli donnera une portion de pâtes à différentes banques alimentaires locales du Canada. L’objectif est de distribuer jusqu’à un million de portions. Nous invitons les Canadiens à soutenir la cause de quelque manière que ce soit : en faisant don de leur temps ou de nourriture à leur banque alimentaire locale, en achetant une boîte de pâtes Catelli ou simplement en se renseignant davantage sur le problème d’insécurité alimentaire qui persiste au pays.

« La faim est bien plus présente qu’on ne le pense au Québec. Chaque mois, plus de 400 000 personnes, dont 150 000 enfants, doivent faire appel au réseau des Banques alimentaires du Québec.. Le généreux don de Catelli nous permet de remplir les assiettes vides des gens fragilisés de nos communautés », mentionne Annie Gauvin, directrice générale du réseau des Banques alimentaires du Québec.

Les banques alimentaires suivantes participent aux initiatives de cette année et Catelli leur versera toutes un don substantiel de pâtes : Les Banques alimentaires du Québec, Greater Vancouver Food Bank Society, Edmonton’s Food Bank, Regina & District Food Bank Inc., Calgary Food Bank, Saskatoon Food Bank & Resource Centre, Winnipeg Harvest, Hamilton Food Share, The Food Bank of Waterloo Region, La Banque d’alimentation d’Ottawa, Project Share, London and Area Food Bank, FEED Nova Scotia et Centre alimentaire communautaire Village Plus Vert.

Au Québec, Catelli s’est associée avec Julie DesGroseilliers, nutritionniste membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, ainsi qu’avec Les Banques alimentaires du Québec, afin de sensibiliser la population aux enjeux de la crise alimentaire qui touche particulièrement les enfants dans la province, et à l’importance d’unir nos forces dans la lutte contre la faim.

« Cette année, j’ai accepté d’être la porte-parole de Nourrir l’espoir de Catelli : une campagne qui vise à sensibiliser la population aux conséquences tristes, mais bien réelles de l’insécurité alimentaire, qui touche quotidiennement un trop grand nombre de personnes et un trop grand nombre d’enfants. Comme vous le savez, un enfant qui ne mange pas à sa faim tous les jours est un enfant qui ne peut réaliser son plein potentiel, autant sur le plan physique qu’intellectuel. Un enfant qui souffre d’insécurité alimentaire est un enfant comme les autres; comme ma Charlotte ou mon Jacob, comme votre enfant, votre neveu ou votre petit voisin. La faim n’a pas de visage », déclare Julie DesGroseilliers.

Les gens qui désirent s’impliquer peuvent consulter ce site afin de savoir comment ils peuvent faire une différence : nourrirlespoir.ca.

[i] À propos de la faim au Canada | Banques alimentaires Canada (s.d.) Récupéré le 3 avril 2018 à l’adresse https://www.foodbankscanada.ca/Renseignez-vous-sur-la-faim/A-propos-de-la-faim-au-Canada.aspx